Le voyage de l’âme

Céleste était une âme très évoluée. Aussi, lorsqu’elle quitta la terre, laissant derrière elle un corps détruit par la maladie, elle se faisait une joie de retrouver enfin les personnes qu’elle avait tant aimées. Ses proches l’accueillirent avec chaleur et l’entourèrent d’une touchante effusion de tendresse. Puis, elle fût conduite dans le Temple de Jade afin de comparaître devant le conseil des Sages.

Céleste était transportée d’allégresse à l’idée d’enfin rencontrer ses anges gardiens et ses guides, les frères et sœurs de lumière ayant accompagné ses pas au cours de cette dernière existence qui, il faut l’avouer, ne fût pas de tout repos. Pendant un long moment, elle fût invitée par sa famille d’âmes à faire le point sur sa vie en tant que femme consciente au sein de cette société dite « occidentale » à l’aube de ce second millénaire d’où, disait-on, un monde nouveau allait surgir.

Les réflexions d’une vie

L’âme enjouée s’accorda beaucoup de temps pour réfléchir sur son cheminement passé : elle revit ses défaites comme ses réussites, les exploits dont elle était fière et ceux dont elle était moins. Elle pensa à toutes les personnes qu’elle avait croisé sur sa longue route de vie : ceux et celles qui avaient « mérité » son attention et les autres, à qui elle avait refusé son amour, son aide, où même un simple regard…

Il y avait eu des moments tristes et d’autres remplis de béatitude. Certaines expériences lui furent plus que profitables, même si, au premier abord, elles s’étaient présentées sous forme de problèmes ou de difficultés, car Céleste avait su en tirer des leçons de vie qui lui servirent jusqu’à la fin de ses jours. D’autres situations, par contre, furent davantage conflictuelles et, comme elle n’en comprenait pas le sens, elles eurent tendance à se reproduire et à se répéter au fil des ans. Ainsi, par exemple, comme Céleste avait peine à s’affirmer et à prendre la place qui lui revenait, il lui est régulièrement arrivé de se faire « rabrouer » par des gens qui n’hésitaient pas à s’imposer à elle, voire même à abuser de sa bonté naturelle.

Ayant horreur d’élever le ton et de faire valoir vigoureusement ses droits, la personnalité de Céleste fût souvent confrontée aux luttes de pouvoir bassement humaines entre parents et enfants, élèves et professeurs, patrons et employés, etc. Cette femme douce et joviale avait tendance à se défiler face aux situations oppressantes ou fuir devant les obligations trop contraignantes. En toute chose, elle évitait la confrontation, préférant se dévouer pour les autres, quitte à sacrifier son bonheur ou sublimer ses propres besoins.

Cela eût pour conséquence que bien des rêves ne furent jamais réalisés. De nombreux projets qui, pourtant lui tenaient à cœur, furent relégués aux oubliettes. La générosité de Céleste envers ses proches fit en sorte que, presque tout le temps, elle se mettait entre parenthèses pour demeurer fidèlement au service de son entourage. Quand ce n’était pas les prêts monétaires à son frère qui ne lui rendait jamais un centime, il y avait ses enfants qui la sollicitait pour prendre soin de leur progéniture ou encore les voisines du quartier qui l’entraînait à faire du bénévolat plusieurs heures par semaine.

Céleste, elle, ne se plaignait jamais. Au contraire, cela lui faisait plaisir de rendre service et de se sentir appréciée… Elle ne se rendait pas compte qu’elle tirait sa valorisation et son énergie vitale du fait même de se sentir « indispensable ». Les seuls moments où elle regrettait d’être ainsi faite, c’était lorsqu’elle avait elle-même besoin d’aide ou de support et, qu’alors, tout le monde était trop occupé pour lui rendre la pareille.

Céleste avait terminé sa vie dans un centre d’hébergement pour personnes âgées, faibles et malades… mais surtout, laissées pour compte, seules et isolées. Or, dans sa grande bienveillance, Céleste n’en voulait à personne. Elle comprenait que les siens soient occupés ailleurs, accaparés par les exigences de cette vie trépidante dans cette société capitaliste perpétuellement en mouvement. Il y avait bien quelques moments de tristesse et de lassitude, mais généralement, la vieille dame ne se laissait pas aller à la morosité, ni à la nostalgie.

Au cours de ces dernières années de vie, passées clouée à un fauteuil roulant, Céleste avait eu le temps de faire le bilan de son évolution et en était venue à se dire que seul le moment présent compte réellement. « On ne peut rien faire pour changer le passé et quoi que l’on dise, on ne contrôle jamais l’avenir, se disait-elle ». Au fil des ans, elle avait toujours récolté ce qu’elle avait semé. On l’avait traité comme elle-même s’était traitée : on la négligeait comme elle-même s’était négligée durant toutes ces décennies.

Mais Céleste n’était pas amère. Elle avait eu un bon mari, des enfants en santé et une douzaine de petits-enfants qui l’avaient comblée de bonheur. Elle avait vécu dans un certain confort et s’était accordé de petits moments de douceur pour laisser s’épanouir sa créativité à travers des activités de loisirs telles l’artisanat et la décoration intérieure. De plus, ses lectures l’avaient ouverte à un monde infini de possibilités où elle avait pris conscience de qui elle était et de ce qu’elle pouvait apporter au monde par sa seule présence lumineuse.

Ses derniers soupirs furent empreints non point de peur, mais de paix et de contentement. C’est pourquoi elle se laissa guider docilement par les anges à travers le tunnel de lumière conduisant dans cette fabuleuse dimension cristalline où le soleil brille sans cesse et où toutes les pensées se manifestent instantanément.

La rencontre avec les familles d’âmes

Une fois sa révision de vie terminée, Céleste bénéficia d’un temps de repos bien mérité. Cela lui permit de s’acclimater à sa nouvelle existence en tant qu’être de lumière. Elle savourait le bien-être absolu de son corps énergétique exempt de lourdeur, à la fois sans âge et sans douleur. Au début, il lui arrivait souvent de songer à ceux qu’elle laissait derrière, mais bientôt, elle ne se tournait vers les êtres chers de son ancienne vie seulement lorsque ceux-ci pensaient à elle ou l’invoquaient dans leurs prières.

Céleste fit de nombreuses rencontres très agréables et tissa rapidement de nouveaux liens d’amitié très nourrissants, puisqu’ils étaient basés sur la franchise et l’authenticité en toutes circonstances. Quelquefois, son ancienne personnalité refaisait surface et, alors, Céleste cherchait une façon ou une autre de se rendre « utile » autour d’elle. Mais comme chacun pouvait créer ce dont il avait besoin à volonté, cette âme généreuse se trouvait continuellement retournée à elle-même.

Peu à peu, Céleste se rendit compte que diverses couleurs émanaient des gens qu’elle croisait parfois. Certains auras plutôt blanchâtres revêtaient tout à coup des couleurs orangées, verdâtres, bleutées ou violacées lorsque certaines personnes se retrouvaient ensemble. Quand elle interrogea son guide accompagnateur, Michra, à ce sujet, celui-ci lui expliqua qu’au moment où les âmes se sentent prêtes à s’incarner de nouveau, elles se sentent attirées par une famille d’âmes en particulier. C’est ce qui leur permet de choisir l’existence qui sera la plus profitable, pour eux comme pour toutes les personnes qu’elles croiseront sur leur route. Il ajouta que chaque famille d’âmes émet une couleur différente, selon la vibration particulière qui la caractérise.

Céleste était fascinée. Tout d’abord, elle se sentit interpellée par un regroupement d’âmes illuminées d’un beau vert émeraude incandescent. « Le vert est l’énergie du cœur, se dit-elle, il est normal que je ne sente bien en compagnie de cette famille d’âmes, puisque j’en faisais probablement partie dans ma dernière vie. » Ces âmes lumineuses échangeaient entre elles de puissantes vibrations d’amour qui se transmettaient à tout l’environnement, faisant ainsi s’épanouir les fleurs des champs et favorisant la croissance des arbres fruitiers. Le surplus d’énergie parvenait même à traverser le voile interdimensionnel pour aller se répandre sur la terre et illuminer les âmes consentantes. À ce moment précis, les rayons lumineux prenaient une belle couleur jaune dorée et les êtres de lumières s’embrassaient tels des dizaines de soleils éclatants! Céleste était émerveillée et comblée : elle fusionnait réellement avec le meilleur en elle-même.

Toutefois, quand elle eût participé plusieurs fois au rituel d’amour créateur de la famille des Artisans de paix, Céleste éprouva le besoin d’explorer d’autres cercles de lumière. Elle s’approcha donc des Visionnaires, ces êtres dont tout le haut du corps est constamment entouré d’un halo bleu royal ou indigo. Cette famille d’âmes réunissait des penseurs, des scientifiques, des inventeurs et des philosophes, constamment à la recherche d’avenues originales pour transformer et améliorer le plan terrestre. Les pensées les plus innovatrices étaient nourries, cultivées et bonifiées par le groupe, jusqu’à atteindre un niveau vibratoire considérable, afin d’être ensuite transmises mentalement et perçues télépathiquement par les plus grands cerveaux de l’humanité.

Quoique fort impressionnée par tant d’idées de génie et de fabuleux outils technologiques conçus par les êtres bleus, Céleste sentit que son dynamisme naturel s’exprimait beaucoup mieux dans l’action que la réflexion. Aussi se mit-elle à la recherche d’un autre groupe d’âmes plus énergisant.

Illuminée par la flamme violette

S’approchant d’un cercle de consciences lumineuses au milieu duquel dansait une flamme violette, Céleste sentit une certaine effervescence s’infiltrer en elle. Qui étaient ces gens? Que faisaient-ils autour de ce feu vibrant d’intensité et de mystère ?

Au cœur du brasier incandescent, des volutes de fumées mauves dessinaient des images animées d’une vie qui leur était propre. On y voyait des personnes humaines s’agitant et se dispersant dans tous les sens. Diverses scènes se déroulaient tour à tour, en provenance des quatre coins de la planète. Les flammes ardentes permettaient de voir ce qui se passait sur terre, en temps réel!

Absorbés dans leur contemplation, les êtres de lumière dégageaient une paix et une sérénité indescriptibles. Céleste compris qu’ils s’appliquaient à transmettre une onde de libération et de profonde guérison à l’humanité toute entière. Au passage de cette prodigieuse énergie de transformation, certaines consciences s’éveillaient et goûtaient brièvement à l’illumination divine. De complètes métamorphoses se produisaient et d’innombrables transmutations cellulaires s’opéraient à travers la flamme violette… qui se déversait abondamment sur les esprits ouverts et les âmes assoiffées de lumière.

Céleste en eût le souffle coupé! Son cœur bondit dans sa poitrine. Elle ressentit l’appel de son âme comme un cri d’urgence. Un élan irrésistible la poussa à se rapprocher encore davantage : « C’est ici que je veux être, se dit-elle. Je veux faire partie de cette famille de soignants, de thérapeutes et d’enseignants aux pouvoirs extraordinaires et quasiment magiques… »

« Il n’y a rien de magique dans les rituels de la famille des Passeurs, lui expliqua son ami Michra. Il se rendent tout simplement disponibles à l’énergie universelle, qu’ils canalisent à travers leur propre corps, l’amplifiant et la concentrant selon les besoins des gens qui font appel à eux. Leur unique but est d’aider les âmes terrestres à ouvrir leur conscience et se rappeler QUI ils sont en réalité : des êtres de lumières, divins et souverains, tout comme nous. »

« Comment puis-je me joindre à la famille des Passeurs? demanda Céleste, toute frémissante. »

« Il te faudra cultiver l’énergie violette d’abord en toi-même, pour ensuite l’extérioriser et la maîtriser avec précision, répondit-il nonchalamment. Ensuite, nous irons voir le conseil des Sages pour demander leur bénédiction… »

Céleste s’appliqua à faire grandir la flamme violette dans tout son être, du dessus de la tête jusque sous ses pieds. Puis, elle s’exerça à déployer son énergie au-delà des limites de son corps, ornant tout ce qui l’entourait d’une belle teinte violacée, ce qui fit bien rire Michra et ses nouveaux amis. Bientôt, Céleste pût se joindre au groupe et participer aux rituels du cercle de lumière. Elle s’attendait à ce que son guide l’emmène rencontrer les Sages, mais celui-ci demeurait en retrait, son propre champ d’énergie demeurant irrémédiablement orangé et non violet…

Céleste sentit bien que Michra s’éloignait d’elle, mais toute excitée par ses pouvoirs surnaturels naissants et les liens d’amitié sincère qu’elle tissait avec les êtres violets, elle n’en fit guère de cas. Elle croyait sincèrement faire partie de la famille des Passeurs et aspirait de tout son être à transmettre cette lumière d’éveil, pas seulement à partir des dimensions supérieures, mais sur terre, dans son propre corps physique, lors d’une prochaine incarnation.

« L’humanité a besoin de se réveiller, disait-elle à qui voulait bien l’entendre. Mais tant qu’il y aura de la souffrance et des conflits sur terre, les hommes n’auront accès qu’à une mince partie de leur conscience divine. La flamme violette soigne, soulage, guérit et illumine les âmes, n’est-ce pas miraculeux ? Que pourrait-il y avoir de plus noble comme mission de vie? Quel privilège de faire partie de la famille des Passeurs! »

Le Conseil des Sages

La plupart des êtres de lumière se montraient indulgents face à la novice violette aux tendances exubérantes et effervescentes. Certains, cependant, éprouvèrent le besoin de clarifier leur propre situation : « Les Artisans célèbrent la vie sous toutes ses formes et veillent sur tout ce qui respire dans la nature, la faune comme la flore. Ce sont eux qui font naître le respect et l’amour dans leur cœur des hommes. Le jaune et le vert de leur énergie contribuent à équilibrer les dimensions psychologiques et émotionnelles des êtres humains. Ils inspirent les artistes et introduisent la beauté, l’esthétisme et la pureté dans ce monde de noirceur et de chaos. N’est-ce pas là un travail tout aussi important ? »

Sachant qu’elle avait fait partie de la famille des Artisans lors de sa dernière incarnation, Céleste n’avait pas d’autre choix que d’acquiescer. Elle comprenait aussi le point de vue des Visionnaires quand ils lui firent remarquer que : « N’eût été des connaissances accumulées au fil des siècles et des inventions créées pour faciliter la vie des gens, tel l’électricité et l’eau courante, la plupart des civilisations seraient demeurées à l’état de peuplades barbares et sauvages. L’évolution de l’humanité passe par l’information, les communications et la technologie de pointe : voyez à quelle vitesse le cerveau de l’homo sapiens se développe depuis qu’il a appris à se servir de ses cinq sens et de son intelligence! En fait, même le « sixième sens », l’intuition et la perception extrasensorielle proviennent d’une glande logée dans le lobe céphalée frontal : la pinéale! On ne saurait donc négliger l’apport de notre famille d’âme au cœur du processus d’évolution et de transformation planétaire! »

Il arrivait quelquefois à l’être bleu qui venait de parler de s’emporter verbalement. Il aurait aimé rallier la population céleste toute entière à sa cause. Fervent orateur, il parvenait toujours à attirer les foules et à convaincre plusieurs âmes de se joindre à son groupe. Céleste admira la fougue et la passion de l’homme, mais resta imperturbable quant à ses choix : elle serait Passeur ou rien!

Michra, quant à lui, demeurait résolument silencieux. Mais cette fois-ci, son aura revêtît une couleur rouge écarlate, comme s’il bouillonnait dans toutes les fibres de son être. Céleste s’approcha de lui prudemment, se demandant s’il allait lui aussi la sermonner ou lui faire une scène. Son guide se contenta de l’entraîner à sa suite vers le Temple de Jade, sans dire un mot.

Dans la grande salle du conseil, les estrades étaient remplies à craquer. Il y avait là des Passeurs, des Visionnaires et des Artisans, de même que des êtres typiquement orangés ou rougeâtres, sans doute des membres de la famille de Michra. Au centre de l’enceinte majestueuse trônaient les Sages, ces âmes intemporelles aux lueurs corporelles multicolores, portant des vêtements d’un ton or étincelant. Leurs regards empreints de bonté et de sérénité se posèrent sur Céleste.

Une âme masculine prit à parole et énonça d’un ton solennel que «la nouvelle venue était prête à être entendue par les membres du conseil et leur faire part de ses demandes concernant sa prochaine incarnation dans la troisième dimension.

Céleste, intimidée par la foule nombreuse qui l’entourait, murmura : « J’aimerais retourner sur terre en tant qu’émissaire de la famille des Passeurs afin de transmettre la flamme violette de la transmutation aux humains et de leur permettre ainsi de s’éveiller à leur propre divinité intérieure. S’il en plaît au conseil… »

Le porte-parole des Sages se leva de nouveau et fit signe à Michra de s’approcher. « Comment se fait-il que cette jeune âme se réclame d’une autre famille que la vôtre alors que nous vous l’avions confié personnellement? demanda-t-il à l’humble guide. »

« Elle n’a jamais voulu s’approcher des miens, ni de notre cercle de lumière, déclara Michra. »

« Et pourquoi donc, s’enquit le Sage auprès de Céleste qui, elle, tremblait maintenant de tous ses membres. » Avait-elle fauté? Serait-elle punie? « Pourquoi donc? insista le représentant du conseil, d’une voix uniforme. »

« Je… je ne sais pas, balbutia Céleste. »

Le contrat d’incarnation

Le Sage, inébranlable, poursuivit : « Serait-ce parce que la famille des Bâtisseurs représente tout ce que vous avez passé votre dernière existence à fuir, ô chercheuse de vérité ? Le rouge et le orange ne représentent-ils pas les couleurs de l’incarnation, de l’affirmation de soi et du plaisir charnel, intolérables à vos yeux vertueux ? Craignez-vous donc de sombrer dans les bas-fonds des vicissitudes humaines, si vous vous approchez de ces âmes vermeilles ?»

Céleste, abasourdie, se contenta de hocher la tête en signe de dénégation.

« Sachez, âme profane, que sans cette famille d’âmes dévouée et assidue, plus rien n’existerait sur cette planète qui vous est si précieuse. Ce sont eux qui ont maintenu en vie l’humanité en procréant et en repeuplant la terre, nonobstant les dangers environnants et les nombreux changements climatiques. Ils ont incités les hommes à explorer de nouveaux continents et ont fortement contribué à tisser des liens constructifs entre les différentes populations du monde. Sans leur dynamisme, leur force et leur courage immuables, la morphologie de vos semblables se serait ramollie au fil des âges et votre état de santé se serait affaibli, remettant en question l’existence même de toutes les races autant qu’elles sont. »

« Je ne lui ai rien dit de tout cela, l’interrompit avec tact Michra. Elle ne sait rien de nos cercles du soleil de feu, ces moments intenses où nous nous appliquons à insuffler détermination et persévérance aux âmes dirigeantes de toutes les collectivités, afin qu’elles maintiennent le calme et l’ordre parmi les peuples comme dans toutes les demeures. Elle n’a pas été initiée à nos rituels sacrés destinés à soutenir les pacificateurs dans leurs démarches de réconciliation planétaire ainsi que les fondateurs dans leurs entreprises de construction du Nouveau Monde. Elle n’a pas même goûté à la puissance de manifestation et de matérialisation dans la matière à partir des substances originelles de la source. Céleste a choisi la flamme voilette plutôt que le soleil rouge et j’ai préféré, humblement, respecter son choix. »

Tout le monde pouvait lire la tristesse et la déception dans le regard de Michra. Céleste s’en voulût de ne jamais avoir tenté d’en savoir davantage sur celui qui l’avait accompagné sans broncher dans toutes ses explorations mystiques. Elle ouvrit la bouche pour s’excuser, mais fût interrompue par le Sage qui s’adressait directement à elle :

« Chère enfant de lumière, n’avez-vous pas compris qu’il vous faut être d’abord en équilibre à l’intérieur de vous-même pour véritablement aider les autres? On ne peut donner que ce que l’on possède réellement. Vous avez ouvert votre cœur, votre esprit et votre conscience, mais qu’en est-il du reste de vous-même? Il vous faudra apprendre à vous reconnaître et à vous apprécier telle que vous êtes – et non seulement pour ce que vous faites – afin que vous puissiez véritablement transmettre la flamme d’éveil des Passeurs. Il importe que vous développiez votre force de caractère, votre audace, votre ténacité et votre capacité d’endurance, si vous voulez apporter la lumière dans les sombres ténèbres de cette civilisation désordonnée qui est la vôtre.

C’est pourquoi je vous invite à passer un contrat d’incarnation avec la famille des Bâtisseurs avant de vous associer avec celle des Passeurs. Tandis que ces derniers répandront sur vous la flamme violette de la transmutation, les premiers vous procureront au préalable la résistance et la constance nécessaires pour enraciner cette énergie dans toutes vos cellules. Vous serez invitée à enseigner le respect et la tolérance à des parents, qui, malheureusement, auront succombés au besoin d’apaiser leurs peurs par l’utilisation de la force, du contrôle et même de la violence physique.

Dès le départ, au sein de la famille humaine qui vous accueillera, vous serez confrontée à la nécessité de vous affirmer avec vigueur et devrez imposer votre volonté d’être afin de faire respecter votre intégrité tant morale que physique. Plusieurs fois, vous serez tentée de tout laisser tomber et voudrez peut-être même quitter définitivement cet univers ingrat où la souffrance des uns procure du plaisir aux autres. Mais si vous demeurez ferme et que vous ne vous laissez pas « entacher » par la bestialité vénale de certains de vos pairs, si vous savez trouver la lumière même dans les replis les plus obscurs de leurs personnalités infâmes, alors vous serez en mesure d’éveiller leur conscience à l’énergie divine présente en eux-mêmes. C’est à ce moment-là que vous deviendrez effectivement un Passeur : un guérisseur et un réformateur de conscience.

En maintenant l’équilibre et l’harmonie en vous-même, dans toutes les dimensions de votre être, vous unifierez votre âme, votre esprit et votre conscience au cœur même des frontières de votre corps tridimensionnel. Vous manifesterez alors votre plénitude souveraine dans la matière, déploierez gracieusement vos dons surnaturels illimités et incarnerez totalement votre quintessence divine co-créatrice, afin de participer activement à l’effort unifié des cinq grandes familles d’âmes… pour créer un monde meilleur, ce paradis terrestre et céleste auquel nous aspirons tous. »

Le Retour

Au fur et à mesure que le Sage parlait, Céleste voyait sa vie future se dérouler devant ses yeux. Elle savait qu’il s’agissait là d’une vision optimiste du potentiel de matérialisation emmagasiné dans tout son être, mais elle savait aussi qu’elle pouvait compter sur le support énergétique de sa nouvelle famille d’âme, celle des Bâtisseurs, pour nourrir sa quête et recharger ses batteries chaque fois qu’elle en aurait besoin. Elle espérait se souvenir consciemment de ces cercles de lumière où toutes les âmes d’une même famille s’employaient à régénérer les corps subtils de leurs frères et sœurs terrestres et à accompagner leurs « ambassadeurs », tant dans leur contrat d’incarnation que dans leurs missions de vie, personnelle et planétaire.

C’est donc en toute connaissance de cause que Céleste revint sur terre, soutenue tout d’abord par l’énergie des Bâtisseurs, puis celle des Passeurs. Elle développa ensuite ses talents artistiques à travers l’écriture, se laissant naturellement inspirer par la famille des Artisans et devint une communicatrice hors pair, se ralliant ainsi à la cause philosophique des Visionnaires. Tous ceux qu’elle côtoyait, pourtant, ne voyait en elle que la sérénité et la grâce naturelle de la famille des Sages…

Et vous, à quelle Famille d’âmes appartenez-vous ?

Quel contrat personnel de « libération karmique » avez-vous signé avant de vous incarner en cette vie ?

Quelle mission d’âme vous êtes-vous engagé à remplir tant sur le plan collectif que planétaire ?

Et si tous ces renseignements étaient inscrits dans votre code génétique et pouvaient être réactivés par la stimulation consciente de votre « chakra gouverneur » ?

Une découverte des plus enrichissantes pour votre évolution…

et pour l’avenir de l’humanité toute entière!!!

Pour en savoir plus, cliquez ici

Extrait du livre « Bienvenue dans la 5e dimension »
par Bianca Gaïa/Diane LeBlanc,

Publicités

2 Commentaires (+ vous participez ?)

  1. reikilorient
    Jan 13, 2014 @ 17:14:11

    Oui, s’aimer soi même et savoir que l’on mérite le meilleur est important.

    J'aime

    Réponse

  2. flipperine
    Jan 04, 2014 @ 23:26:15

    pour le moment j’ai compris que je ne devais plus être si bête avec les autres, ne plus m’attacher autant, ne pas tjs faire ce qu’il demande au détriment de mon bien être mais chacun doit se respecter et respecter l’autre et il faut aussi penser à soi sans pour cela être égoïste, savoir se faire des compliments, savoir se faire des plaisirs il n’y aura personne qui les fera pour nous

    J'aime

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :